Tous Les Loulous
Smile
Bienvenue sur le forum Tous Les Loulous


Merci de vous connecter, ou de vous inscrire pour profiter au maximum du forum.

Merci pour votre participation !

Le forum de notre passion: le chien


Partagez | 
 

 La tique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage

Angel
Loulou Maniac
Loulou Maniac
Messages : 9654
Date d'inscription : 12/06/2009
Humeur : Try to Kill my TV
MessageSujet: La tique    Dim 13 Fév 2011 - 15:06

Les tiques sont des acariens dont on connaît environ 900 espèces et sous-espèces valides dans le Monde, réparties en trois familles:
  1. Les tiques dures, ou Ixodidæ, représentent environ 670 espèces connues ; elles possèdent des zones de tégument chitinisé dur.
  2. Les Argasidæ, environ 180 espèces, ont un tégument sans sclérification qui leur vaut le nom de "tiques molles".
  3. Un seul représentant des Nuttalliellidæ a été identifié, il appartient à une famille intermédiaire entre les deux précédentes.

Toutes les tiques sont hématophages, donc potentiellement vectrices de maladies.
Mais quelques unes seulement ont une importance médicale, en raison de la pathologie humaine ou vétérinaire qu’elles occasionnent. Elles transmettent une trentaine d'agents pathogènes, tant virus, bactéries, protozoaires que nématodes.
Cependant ce chiffre est susceptible d'être réévalué à la hausse, car tous les agents pathogènes n'ont pas encore été identifiés. Des intoxications à neurotoxines (paralysie à tiques), ainsi que des allergies à la salive de tiques sont également possibles.

Un schéma de la bête :

soulevons :
- 8 pattes => acariens Wink sur la 1ere paire, il y a un organe sensoriel, sensible à la fois au degré d'hygrométrie, aux phéromones, au gaz carbonique, aux métabolites exhalés par les ruminants, à l'acide lactique... Il sert d'organe olfactif à la tique. Les poils sont sensibles aux vibrations et aux variations de température.
- à l'avant, la "bouche" qui est composé de 2 type d'organes : les chélicères et l'hypostome. Les chélicères servent à percer et dilacérer les tissus. Elles permettent ainsi la pénétration de l'hypostome qui s'ancre solidement dans les tissus grâce à ses dents placées sur la face ventrale.
- à l'arrière, le "corps" formé d'une cuticule souple et extensible permettant la réplétion; sur la face dorsale se trouve une plaque, le scutum, dont la taille est variable selon le sexe et les espèces.

Cycle de vie :

Le cycle évolutif des Ixodidæ se déroule en trois stades:
- De l’œuf naît une larve hexapode, inframillimétrique, à peine perceptible à l’œil nu.
Après s’être fixée pendant quelques jours sur un vertébré pour se gorger lentement de sang, elle se laisse tomber sur le sol, pour digérer et muer...
- En une nymphe octopode mesurant environ un millimètre à jeun. Le deuxième repas de sang est pris dans les mêmes conditions de durée. La nymphe repue mesure alors 2mm, elle se détache et tombe au sol pour muer ...
- En une tique adulte de 3 à 4 mm. La femelle, après copulation, devra une dernière fois se gorger pleinement de sang, jusqu’à prendre la taille d’un petit pois. Ce repas lui permettra de pondre de 1 000 à 20 000 œufs, selon l'espèce et le sang ingéré, avant de se dessécher et de mourir.

Malgré le nombre d'oeufs pondus, la densité de ces acariens reste relativement stable d'une année sur l'autre. Le taux de survie demeure en effet très modeste, en raison des conditions climatiques et des prédateurs.
Par exemple pour I. ricinus, après l'éclosion des 2 à 3000 oeufs, maximum, 5% des larves survivent, et seulement 10 % d'entre-elles parviennent à la stase nymphale. Et seulement 25% d'entre-elles parviendront à la stase adulte.
Le mâle ne s'alimente pas, ou rarement et très peu.
La durée d’un cycle est en moyenne de 2 à 4 ans, pouvant aller à 7 ans si les conditions climatiques ne sont pas favorables.

Ecologie :
Les préférences écologiques des tiques sont variables : certaines espèces vivent en milieu ouvert, d'autres en milieu abrité. Une même espèce peut également occuper successivement les 2 habitats, en fonction des périodes de son cycle biologique. La densité des tiques est liée aux associations végétales, à l'hygrométrie, au cycle des saisons, autant qu'à la diversité des hôtes.
Cependant, à la différence des autres arthropodes hématophages, tels que les moustiques, les tiques ne disposent pas de moyens importants de déplacement. Elles peuvent passer des mois à survivre au sol, attendant de rencontrer un hôte à leur convenance pour effectuer 2 à 3 repas qui ne dureront au maximum en tout qu'une vingtaine de jours.
Ces repas constituent leur unique source d'énergie pour les mues et le temps en attente d'hôtes. Très sensibles à la dessiccation les tiques doivent redescendre régulièrement au sol pour se réhydrater. Leur durée de quête décroît donc avec le pouvoir desséchant de l'air. Par contre, leur période de repos au sol est indépendante de ce facteur.
Plus il fait sec plus les tiques se déplacent, toutefois leurs déplacements sont maximaux la nuit, alors que l'hygrométrie est plus élevée et le risque de dessiccation minoré.
Le choix des sites de quête est régi par la présence d'hôtes. La nuit la tique perçoit mieux les traces odorantes déposées fraîchement par ses hôtes potentiels sur les herbes, elle se poste alors dans leurs traces, là où ils risquent le plus de repasser.
Pour se nourrir, quelle que soit sa stade, les tiques pratiquent l’affût : les larves se postent au sommet d'herbes basses, où l'hygrométrie est la plus importante ; les adultes plus résistants montent quelquefois jusqu'à 1,50 mètre, sur des herbes, des ronces ou des fougères. Installées à leur poste, les tiques tendent leurs 2 deux pattes antérieures dès qu'elles perçoivent l'arrivée d'un hôte potentiel puis agrippent sa fourrure, les vêtements ou la peau s'il s'agit d'un humain. Le réflexe d’accrochage paraît stimulé par le mouvement, la chaleur ou l’émission de dioxyde de carbone.

Les hôtes des tiques
Certaines espèces d'Ixodidae se gorgent sur une seule espèce, ou une seule famille, de rongeurs, de bovidés ou de carnivores. Rhipicephalus sanguineus qui choisit le chien à ses 3 stades en est un excellent exemple.
Les larves et nymphes de Dermacentor reticulatus ont un tropisme marqué pour les micro-mammifères, alors que l’adulte se fixe sur des hôtes de grande taille comme les chiens, les cervidés, les suidés ou occasionnellement sur l’homme.
Ixodes ricinus n’a pas de tropisme marqué aux stases larvaire et nymphale, mais marque une nette préférence pour les mammifères de grande taille (sélectivité plus restreinte) à la stase adulte.

Le gorgement :
Contrairement aux autres arthropodes hématophages, les ixodidés ont la particularité de se gorger très lentement.
Après s'être agrippée à la fourrure d'un animal passant à sa proximité, la tique se déplace sur son hôte jusqu'à trouver une zone richement vascularisée. Elle doit alors s'y ancrer solidement pendant plusieurs jours à l'aide de son hypostome, afin d'avoir suffisamment de temps pour parvenir à se gorger complètement.
Pour éviter toute réaction de défense de l'hôte, qui pourrait compromettre la fixation par un toilettage trop vigoureux, la tique s'est adaptée afin de passer la plus inaperçue possible. Elle se fixe en un endroit discret et opère de façon indolore.
Ses chélicères sont capables de découper l'épiderme sans provoquer la moindre douleur. Sa salive, digère progressivement les tissus de l'hôte, et ouvre graduellement la voie à la pénétration de l'hypostome dans la peau, sans éveiller l'attention de l'hôte.
La tique provoque ensuite la formation d'une cavité dermique qui se remplit de sang et d'exsudats tissulaires, qu'il ne lui reste plus qu'à aspirer au travers de son hypostome.

La durée du gorgement varie, selon les espèces et les stades. Habituellement, une première phase lente d'environ 1 semaine permet à la tique de décupler son poids ; elle est suivie d'une seconde phase rapide, de 12 à 24 heures, où la tique le décuple encore.
Pendant toute la durée du gorgement, elles produisent une quantité importante de salive. Les glandes salivaires produisent diverses substances… Elles sont aussi le siège de différents agents pathogènes et de toxines susceptibles d'être injectés à l'hôte…

Toute effraction de la barrière cutanée, morsure, ou piqûre, provoque normalement la mise en œuvre des facteurs de l'hémostase : vasoconstriction et coagulation. Ce phénomène peut être accompagné de réactions inflammatoires ou d'hypersensibilité.
La fixation de la tique ne pourrait donc pas se prolonger sans déjouer efficacement les mécanismes de protection de l'hôte (toilettage, hémostase et immunité). D'autant moins que sa salive contient de nombreuses substances protéiques, susceptibles de déclencher des réactions antigéniques.
Toute ingestion d'une des armes chimiques qu'émet l'hôte, se solderait irrémédiablement par la destruction du tube digestif puis de la tique. D'ailleurs, en cas d'immunité acquise de l'hôte, la tique ne dispose d'aucun moyen pour rester fixée ; le gorgement est perturbé et la tique doit se laisser tomber prématurément.
Une faille dans la stratégie de la tique, qui ouvre la voie à une immunité artificiellement induite par vaccination. Wink

Photos, Répartition géographique :
Une 40aine d'espèces ont été recensées en France, 11 ont une action parasitaire connue pour l'homme, mais seulement 4 sortes de tiques nous intéressent plus particulièrement car elles sont responsables de la grande majorité des infections propagées.
- Ixodes ricinus (principal genre rencontré en Europe)
- Rhipicephalus sanguineus (la tique des chenils): très commune dans le Midi méditerranéen
- Dermacentor reticulatus : France (Prévalence élevée en Normandie, en Poitou Charente, en Limousin et dans le Centre) à l'exception des départements méditerranéens
- Dermacentor marginatus : Sud-Ouest, jusqu'à la Méditerranée et en Corse

voir ci-dessous.

Tiques, vecteur de maladie...
Ces sal***ries de bestiole sont malheureusement capable de transmettre diverses maladies...
Que ce soit par l'intermédiaire de bactérie, de virus, de divers protozoaires...

- Ixodes ricinus est un vecteur de la Borréliose de Lyme ainsi que de l'encéphalite à tique (TBE).
- Rhipicephalus sanguineus est un vecteur considérable d’agents pathogènes : L'Ehrlichiose canine (Ehrlichia canis), L'Hépatozoonose (Hepatozoon canis), La Piroplasmose (Babesia canis vogeli), L'Hémobartonellose canine (Haemobartonella canis), La filariose péritonéale (Dipetalonema grassii), La fièvre boutonneuse méditerranéenne (Rickettsia conori), Et la fièvre du Queensland (Coxiella burnetii).
- Dermacentor reticulatus et Dermacentor marginatus sont un vecteur de la piroplasmose (Babesia canis canis)

Mais heureusement, toutes ne sont pas porteuses Wink

Quelques unes de ces maladies sont décrites plus bas.
Revenir en haut Aller en bas

Angel
Loulou Maniac
Loulou Maniac
Messages : 9654
Date d'inscription : 12/06/2009
Humeur : Try to Kill my TV
MessageSujet: Re: La tique    Dim 13 Fév 2011 - 15:06

Ixodes ricinus
C'est l’espèce de loin la plus répandue en France, il est capable de se nourrir tant sur les reptiles que sur les oiseaux ou les mammifères. Il accepte plus de 300 espèces d'hôtes.
À ses trois stades évolutifs il est susceptible de s’attaquer à l’homme. Très hygrophile, il vit dans les sous-bois humides; sa présence est non seulement liée à des groupements végétaux précis, mais aussi à celle des animaux sauvages ou domestiques. Cet Ixodes est présent partout en France, sauf à des altitudes excédant 1200 mètres, dans des régions trop sèches ou inondables. Il ne peut cependant pas survivre sans une constante humidité.
Son importation accidentelle à la maison, par un chien ou des vêtements ne présente donc pas grand risque de transmission pour ses occupants ; très rapidement, si l'hygrométrie est inférieure à 70%, il va se dessécher et mourir.

cycle :


répartition :


Photos :




-----
Rhipicephalus sanguineus
Est abondant dans le midi méditerranéen et le sud-ouest de la France. Il peut aussi être importé au nord de la Loire dans les bagages, ou par un chien, et survivre en extérieur à la belle saison. Son adaptation parfaite à la sécheresse lui permet les invasions domiciliaires, des cas ont été décrits non seulement en France septentrionale, mais en Belgique, en Angleterre, en Suisse et au Danemark.
Tique endophile, xérophile et inféodée au chien, Rhipicephalus sanguineus adulte, sa larve, ou sa nymphe, peuvent aussi s’attaquer aux habitants de la maison avec les risques infectieux habituels.

Cycle:


Répartition :


Photos:





-----
Dermacentor reticulatus
Est également une espèce exophile à certaines stases. L'adulte pratique l’affût sur la végétation, mais davantage en milieu ouvert qu’I. ricinus, car il préfère les prairies et les bosquets, aux forêts où il se limite plutôt à la lisière des chemins et aux clairières.
Sa présence est retrouvée aussi en zone rurbaine (péri-urbaine) et suburbaine, notamment dans les terrains vagues. Sa densité de population est très inégale sur le territoire français, mais il semble présent partout. D. reticulatus reste actif presque toute l’année, bien qu'il ne puisse pas être collecté par des températures inférieures à 0°C. Il marque une véritable diapause en été.

Répartition :


Photos :





-----
Dermacentor marginatus
Est une espèce très voisine de D. reticulatus, tant sur le plan de la morphologie que sur celui de agents pathogènes qu'elle transmet. Elle est retrouvée un peu plus au sud, notamment dans les pays qui bordent la Méditerrannée. L'espèce est toutefois régulièrement collectée en Lorraine, elle est présente jusqu'à 2 500 mètres d'altitude.

Répartition :


Photos :




Dernière édition par angel le Dim 13 Fév 2011 - 17:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Angel
Loulou Maniac
Loulou Maniac
Messages : 9654
Date d'inscription : 12/06/2009
Humeur : Try to Kill my TV
MessageSujet: Re: La tique    Dim 13 Fév 2011 - 16:02

Piroplasmoses

On donne ce nom en raison de la forme en poire du parasite responsable.
Mais le vrai nom est babésioses canines
Ce sont des maladies infectieuses et inoculables dues à la multiplication et l’action pathogène de protozoaires intra-érythrocytaires du genre Babesia, transmis naturellement par l’intermédiaire de tiques. Elles se caractérisent cliniquement par l’association d’un syndrome pyrétique (état fébrile) et hémolytique (lyse des hématies).

Leur observation sur le frottis sanguin, de préférence à la goutte épaisse qui provoque trop d’artéfacts, permet de voir deux formes :
- annulaires ressemblant à Plasmodium falciparum. Mais aucune espèce de Babesia ne renferme de pigment coloré, contrairement aux Plasmodium. Le diagnostic différentiel ne pose donc pas de difficulté.
- piriformes les Babesia sont reliées par leur extrémité la plus fine, deux par deux donnant des formes dites géminées chez les grandes Babesia, ou quatre par quatre, en tétrade chez les petites Babesia (la classique « croix de Malte »).



La transmission des babésioses, dans les conditions naturelles, repose sur la présence et l’activité des tiques dures. Les tiques inoculent le parasite à la faveur d’un repas sanguin. Ce caractère épidémiologique est essentiel pour comprendre l’évolution des babésioses dans le temps et l’espace : le réchauffement climatique actuel, les modifications écologiques liées à l’habitat et les nouvelles habitudes des propriétaires d’animaux (voyages, activités sportives,…) ne peuvent qu’augmenter les risques de contact arthropode infectant – sujet réceptif, et par conséquent l’incidence des babésioses.


Les babésioses canines se caractérisent par l’association d’un syndrome pyrétique et d’un syndrome hémolytique.
Il existe plusieurs espèces parasites, parmi lesquelles on trouve des souches à pouvoirs pathogènes différents, qui sont impliquées dans des phénomènes immunopathologiques variés. Par conséquent on assiste à l’émergence de nombreuses formes atypiques et de complications cliniques qui rendent le diagnostic difficile.

Forme classique de la babésiose à Babesia canis

Au terme d’une incubation moyenne d’une semaine environ on observe d’abord un abattement brusque et marqué.
La modification du comportement de l’animal attire l’attention du propriétaire (refus du jeu, de tout exercice, prostration).
Cet abattement s’accompagne d’une fièvre, c’est à dire l’association d’une hyperthermie (d’apparition rapide, brutale, élevée : au moins 40°C, en plateau durant 48h minimum), d’une polypnée et d’une tachycardie.
Puis une anémie se produit : elle est observable par la pâleur des muqueuses,et entraîne une bilirubinurie (et parfois une hémoglobinurie) qui colore les urines en brun (urines café).
Cette forme peut évoluer spontanément vers la guérison, mais aussi le plus souvent vers des complications mortelles (insuffisance rénale, anémie arégénérative, choc,…).

Formes atypiques et/ou compliquées de la babésiose à Babesia canis

Par définition, la forme compliquée regroupe toutes les manifestations cliniques non imputables directement au phénomène d’hémolyse : phénomène de choc et de défaillance multiviscérale. Ces manifestations nécessitent en plus de la thérapeutique spécifique un traitement symptomatique adapté.
Il peut s’agir de :
• coagulation intravasculaire disséminée (purpura, hématomes, hémorragies rétiniennes,…)
• troubles locomoteurs (arthralgie, lombalgie, parésie…)
• troubles oculaires (hémorragies, nystagmus…)
• troubles nerveux (convulsions, modifications comportementales, coma…)
• hypoglycémie, troubles de l’équilibre acidobasique, hyperlactatémie, hypotension…

Le diagnostic de la babésiose peut ainsi être difficile. Il ne peut être confirmé que par l’observation du parasite dans le sang périphérique, méthode délicate, longue et peu sensible. En effet, la non-observation du parasite sur le frottis sanguin, dans un contexte épidémiologique (zone d’endémie, saison,…) et clinique évocateur (abattement, fièvre, …), ne doit pas permettre d’exclure l’hypothèse clinique de babésiose.
Lors de suspicion clinique le traitement doit donc être entrepris aussi précocement que possible même en l’absence de confirmation parasitologique.


Traitement de la piroplasmose canine

Les babésioses canines relèvent à la fois d’un traitement spécifique et symptomatique ; la précocité du traitement conditionne en grande partie sa réussite. Les babésioses restent une urgence médicale dans la mesure où les complications peuvent être de pronostic très sombre.

1. Traitement spécifique

a. De la babésiose à Babesia canis

L’imidocarbe est la molécule de choix comme piroplasmicide à la dose de 3 mg/kg par la voie sous-cutanée ou intramusculaire ; une seule injection est normalement nécessaire. Certains auteurs préconisent une dose plus élevée (5 mg/kg), 2 fois à 2-3 semaines d’intervalle. L’injection est fréquemment à l’origine de manifestations douloureuses locales et immédiates, et de troubles digestifs (ptyalisme et vomissements, quelques minutes après l’injection) toujours bénins.

Il n’est pas rare d’observer des rechutes, phénomène dû à l’échappement du parasite à l’action du système immunitaire au moment où la concentration de l’imidocarbe est inférieure au seuil d’activité piroplasmicide.
Il ne s’agit pas d’un phénomène de chimiorésistance (qu’il conviendrait de confirmer ou d’infirmer en laboratoire) mais d’une incompétence relative du système immunitaire ne parvenant pas à éliminer tous les parasites. La rechute s’exprime de façon identique ou très proche de l’accès initial, en général une dizaine de jours plus tard et quelquefois deux fois de suite. Il serait intéressant de tester l’efficacité de doses plus élevées (par ex. 5 mg/kg) à l’encontre de ce phénomène.
L’action de l’imidocarbe est anticholinestérasique, interdisant en conséquence l’utilisation d’autres médicaments au mode d’action identique (colliers insecticides ou acaricides). Aucune différence d’efficacité de l’imidocarbe n’est notée entre les sous-espèces de Babesia canis.
Le suivi de l’animal est capital : le comportement et l’appétit doivent être restaurés en 36h en moyenne ; à défaut, une nouvelle consultation s’impose afin de détecter toute complication, en particulier une insuffisance rénale (hyperazotémie, hypercréatininémie, densité urinaire diminuée).

b. De la babésiose à Babesia gibsoni (et autres microbabésies)

L’imidocarbe est très décevant et actuellement la plupart des essais thérapeutiques sont inefficaces. Une seule publication fait état de la disparition complète de l’infection avec l’association atovaquone-azithromycine, médicaments non disponibles en France.

2. Traitement symptomatique

La thérapeutique consiste :
- à recourir à la transfusion sanguine (si hématocrite < 20%),
- à la perfusion visant à corriger la déshydratation (causée par les vomissements par exemple), l’acidose : perfusion de Ringer glucosé à raison de 40-60 ml/kg/j pour assurer les besoins d’entretien,
- aux glucocorticoïdes dans le cas de pathologies imputables à des phénomènes immunologiques (hémolyse, glomérulonéphrite par complexes immuns) : prednisolone (1 mg/kg/j au maximum pendant 4-5 j puis à doses dégressives étalées sur 1 semaine).

3. Prévention

Deux possibilités :
- l’utilisation de vaccin anti-babésiose à Babesia canis :
o Soit à base d’antigènes de culture de Babesia canis canis, associés à un adjuvant de l’immunité (2 injections par la voie sous-cutanée à 3-4 semaines d’intervalle, chez le chien âgé d’au moins 5 mois, indemne de passé piroplasmique si possible) ; la protection conférée est strictement homologue ;
o Soit à base d’antigènes solubles de Babesia canis canis et B. canis rossi, cette association conférant une immunité croisée à l’encontre des principales souches de B. canis canis présentes en France.
- le recours à l’imidocarbe, en particulier chez le chien à passé piroplasmique : avant les périodes à risques, imidocarbe à la dose de 4 mg/kg par la voie intra-musculaire, conférant une protection de l’ordre de 4-6 semaines ;
- le recours aux acaricides, diminuant ainsi les risques d’infection.
Revenir en haut Aller en bas

Angel
Loulou Maniac
Loulou Maniac
Messages : 9654
Date d'inscription : 12/06/2009
Humeur : Try to Kill my TV
MessageSujet: Re: La tique    Dim 13 Fév 2011 - 16:25

Ehrlichiose

Ehrlichia canis est l'agent de l'ehrlichiose des canidés domestiques ou sauvages. La maladie, appelée également "pancytopénie tropicale canine", "typhus du chien", "fièvre hémorragique du chien" ou "syndrome hémorragique idiopathique", a une répartition mondiale mais, elle est particulièrement fréquente dans les pays tropicaux et subtropicaux (Afrique, Asie du Sud-Est, Amérique). Elle a été décrite dans de nombreux départements français notamment dans ceux des régions méditerranéennes.

Le germe est transmis par les formes larvaires, nymphales et adultes de Rhipicephalus sanguineus.
Les tiques adultes peuvent survivre jusqu'à 568 jours et elles peuvent transmettre l'infection durant les 155 premiers jours (ou peut-être plus) suivant leur contamination. Aussi, les tiques adultes peuvent assurer la conservation du germe durant les mois d'hiver et transmettre l'infection au printemps suivant.

La maladie peut être aiguë, subaiguë ou chronique.

La phase aiguë commence par de la fièvre, une anorexie, des vomissements, une augmentation de taille des ganglions, et des saignements. Cette phase peut durer jusqu’à 4 semaines. Peu de chiens survivent à cette première phase.

En fonction de l’espèce et du statut immunitaire, une phase subaiguë puis chronique s’installe ensuite. Parmi les symptômes chroniques les plus marqués on observe des saignements de nez, des signes neurologiques, une inflammation rénale et de l’arthrite. La plupart des chiens ne survivent pas. Les Bergers Allemands sont particulièrement sensibles à l’infection.


Traitement :

Vu que c'est une bactérie, on utilise des antibiotiques.
La doxycycline est un antibiotique très efficace et très utilisé pour obtenir une guérison clinique, cependant les animaux peuvent rester porteurs de Ehrlichia canis.

Il n’existe pas de vaccin pour la prévention de l'ehrlichiose à Ehrlichia canis et les principales mesures prophylactiques concernent la lutte contre les tiques.
Revenir en haut Aller en bas

Morgane
Pro des races
Pro des races
Messages : 672
Date d'inscription : 10/12/2010
Humeur : Toujours joyeuse, sauf quand elle l'est pas.
MessageSujet: Re: La tique    Dim 13 Fév 2011 - 16:29

Il est à vomir ton poste angel mdr
Mais très bien fait tout de même Wink
Revenir en haut Aller en bas

Angel
Loulou Maniac
Loulou Maniac
Messages : 9654
Date d'inscription : 12/06/2009
Humeur : Try to Kill my TV
MessageSujet: Re: La tique    Dim 13 Fév 2011 - 16:48

BORRELIOSE ou MALADIE DE LYME

La Borréliose de Lyme est une maladie infectieuse transmise par des tiques et due à un spirochète Borrelia burgdorferi qui a été identifié aux USA par Burgdorfer lors d'une épidémie humaine d'arthrite infectieuse dans la ville de Lyme (Connecticut) en 1982, résolvant ainsi l'étiologie d'une affection anciennement connue provoquant divers symptômes dermatologiques, neurologiques et articulaires chez l'homme et les animaux.

Les Borrelia sont des bactéries de l'ordre des Spirochaetales et de la famille des Spirochaetaceae. Ce sont des bactéries mobiles, de forme hélicoïdale, micro-aérophiles, colorables par la coloration de Giemsa.


Les spirochètes sont localisés dans la muqueuse intestinale de la tique et transmis par la salive au cours du repas de sang. La migration de la bactérie de la paroi intestinale vers la glande salivaire nécessite 2 à 3 jours. Les risques de transmission de la maladie par une tique infectée apparaissent 24 à 48 heures après la fixation de l'arthropode.

Lorsqu'ils existent, les symptômes "classiques" sont les suivants :
- 10 à 15 jours après la morsure de tique, il se forme autour du point de fixation un érythème cutané dont l'observation est rendue difficile par le pelage. Le plus souvent cette lésion primaire s'accompagne ou non d'autres signes cliniques d'intensité très variable tels que de l'anorexie, une baisse de forme, de l'hyperthermie et un certain degré de dyspnée. Dans certains cas on observe de la fourbure, mais à ce - stade primaire de la maladie il n'y a pas d'atteinte articulaire.
- plusieurs jours ou semaines après, la bactérie peut se disséminer dans tout l'organisme avec cependant une nette prédilection pour les articulations. Les articulations du carpe ou du tarse sont oedémaciées, douloureuses et chaudes. Cette arthrite inflammatoire peut atteindre une seule ou plusieurs articulations. Il s'en suit une intense boiterie qui s'accompagne d'un œdème du membre. Sans traitement approprié, cette arthrite peut persister plusieurs mois, entrecoupée de phases de rémission.
- Beaucoup plus rarement et beaucoup plus tardivement, des complications nerveuses et/ou oculaires peuvent survenir. On a décrit des signes d'encéphalite, de paralysie de la queue, de dysphagie, de kératite, d'ulcères de la cornée, d'uvéite et de cataracte.

Cependant ces signes cliniques "classiques" sont souvent beaucoup plus discrets et se traduisent essentiellement par une baisse de forme, un changement de comportement (certaine agressivité ou irritabilité), une réluctance au travail avec ou non un état fébrile. En l'absence de traitement ces signes peuvent perdurer sans qu'il n'y ait d'aggravation de la symptomatologie.

De ce fait le diagnostic clinique est très difficile à poser.

Le traitement est basé sur l'antibiothérapie (amoxicilline et doxycycline) qui pourra être associée aux anti-inflammatoires non-stéroïdiens. Après 2 à 3 jours d'administration d'antibiotiques on peut observer une augmentation de l'intensité des symptômes liés à la lyse des bactéries et à la dissémination de leurs toxines. Ce phénomène est susceptible d'entraîner un épisode de fourbure aiguë.
Les traitements antibiotiques seront maintenus pendant 4 à 6 semaines. Des sérologies de contrôle sont à effectuer au cours du traitement.

Il n'existe pas, à l'heure actuelle, de vaccin commercialisé contre la Borréliose de Lyme
Revenir en haut Aller en bas

Angel
Loulou Maniac
Loulou Maniac
Messages : 9654
Date d'inscription : 12/06/2009
Humeur : Try to Kill my TV
MessageSujet: Re: La tique    Dim 13 Fév 2011 - 16:51

Oui Morgane, c'est pas beau ces bestioles ! Wink

Mais c'est tellement dangereux...

Vous l'aurez compris : Il est primordial d'être à jour dans les moyens de protection disponible ! collier, pipettes, et tout le tralala

Revenir en haut Aller en bas

Angel
Loulou Maniac
Loulou Maniac
Messages : 9654
Date d'inscription : 12/06/2009
Humeur : Try to Kill my TV
MessageSujet: Re: La tique    Dim 13 Fév 2011 - 20:30

Justement parlons-en...

Prévenir l’infestation par les tiques

Lorsqu’un chien vit dans un milieu où il est régulièrement exposé à l’infestation par les tiques, une protection s’impose au moins pendant la période où le risque est maximum, soit de juin à septembre. Compte tenu du temps nécessaire à la diffusion des substances actives après la pose du collier ou du produit de traitement sur le pelage, mieux vaut mettre en place la prévention dès le printemps.

Un insecticide n’est pas forcément un acaricide
Il faut informer les propriétaires que l’action des substances antiparasitaires externes est souvent ciblée : les produits anti-puces ne sont pas toujours actifs contre les tiques et vice versa. Il existe cependant de nombreuses spécialités qui associent des molécules pour agir à la fois sur les tiques et les puces.

Produits répulsifs contre les tiques

En matière de répulsifs pour éloigner les tiques, les colliers à base de pyréthrinoïdes (perméthrine, fluméthrine, deltaméthrine…) donnent de bons résultats pendant quelques mois mais il ne faut pas oublier de les changer régulièrement.
les pyréthrinoïdes
Certains colliers associent le propoxur et un pyréthyrinoïde pour combiner des effets répulsif et acaricide.
le propoxur et autres composés du meme type


L’efficacité des colliers dépend de la taille de l’animal et de la longueur du pelage : chez un grand chien à poil long, la diffusion du produit est parfois problématique. Mieux vaut alors ajouter une autre technique de lutte au port du collier (sprays et/ou pipettes « spot on ») pour obtenir un meilleur niveau de protection contre les tiques.

Produits acaricides

Les molécules les plus couramment utilisées pour lutter contre les tiques sont l’amitraz, la deltaméthrine, le fipronil, le propoxur et le pyriprole.
toutes ces molécules, y a qu'à cliquer Wink

L’amitraz présente l’avantage de tuer les tiques très rapidement, réduisant ainsi le risque de
transmission de maladies. Il est parfois associé à la métaflumizone pour renforcer encore l’action acaricide.
L’inconvénient de l’amitraz réside dans le fait que l’exposition à l’eau (lavage ou pluie) peut perturber son efficacité.
Suivant les spécialités, le produit est soit à vaporiser sur le pelage, soit à appliquer sur la peau grâce à une pipette adaptée.

La substance acaricide diffuse ensuite sur toute la surface cutanée et reste généralement active pendant 3 à 4 semaines.
Elle ne pénètre pas dans le sang, mais se concentre dans les glandes sébacées du chien.
Il faut veiller à bien respecter les recommandations des fabricants : certains produits sont déconseillés chez les chiots ou les petits chiens.
La baignade dans les jours qui suivent l’application est aussi à éviter.


Extraction des tiques chez un chien

Aucun produit anti-tique n’est efficace à 100 %......
Il faut donc toujours inspecter le chien au retour d’une promenade dans un lieu à risque. Les sites privilégiés de fixation des tiques sur le chien sont la tête (l’intérieur de l’oreille), l’aine et le poitrail. Elles peuvent aussi rester au niveau des pattes.

Il ne faut surtout pas faire utiliser de l’éther ou de l’essence de térébenthine pour tuer la tique . Ces produits provoqueraient une régurgitation accrue de salive dans la peau du chien, favorisant ainsi la transmission d’agents pathogènes...

Ecraser la tique ? il faut au contraire éviter de comprimer le corps de la tique afin que sa salive ne reflue pas vers la peau de l’hôte.

Arracher la tique avec une pince à épiler ? si la tique est trop petite ou si l’opérateur n’est pas assez adroit, les pièces buccales risquent de rester dans la peau car le rostre casse très facilement. On favorise alors l’apparition d’une inflammation ou d’un abcès.

Les techniques à encourager :

Le plus simple est de vaporiser un produit acaricide à l’endroit où la tique est accrochée. Une fois morte, elle se détachera toute seule.

Il existe aussi des crochets spécifiques qui permettent d’enlever la tique sans casser le rostre. Ce type d’outil est conçu pour coincer la tique entre les branches et l’enlever en soulevant légèrement le crochet puis en lui imprimant un mouvement tournant. La tique se détache au bout de 2 à 3 tours. Cet appareil évite de comprimer l’abdomen de la tique en l’enlevant.
Après avoir extrait la tique, il est conseillé de désinfecter le site de la piqûre.
Revenir en haut Aller en bas

opaline
Loulou Addict
Loulou Addict
Messages : 1259
Date d'inscription : 09/12/2010
MessageSujet: Re: La tique    Lun 14 Fév 2011 - 2:55

Merci Angel pour cet article, très complet
Je trouve aussi ces bébêtes répugnantes
Revenir en haut Aller en bas

Chana
Loulou Maniac
Loulou Maniac
Messages : 2588
Date d'inscription : 07/12/2010
MessageSujet: Re: La tique    Mar 15 Fév 2011 - 7:14

très instructif mais quand même beurk! bouh
Revenir en haut Aller en bas

outside
Loulou Maniac
Loulou Maniac
Messages : 2674
Date d'inscription : 10/12/2010
MessageSujet: Re: La tique    Mar 15 Fév 2011 - 18:47

Sales bestiaux !!!!!!!! Il a surement suffi d'un seul pour emmener en urgence à 21h30 , un soir de Juin , notre petit Boby qui était entrain de faire une piroplasmose.
Heureusement il a été pris à temps.

Merci quand meme d'avoir pris le temps de poster cet article instructif.
Revenir en haut Aller en bas

ely
Loulou Maniac
Loulou Maniac
Messages : 3856
Date d'inscription : 02/12/2011
MessageSujet: Re: La tique    Lun 9 Jan 2012 - 23:28

J'ai lu que les produits contre les tiques sont très nocifs pour nos loulou alors j'aimerais savoir si quelqu’un a essayé avec succés un produit naturel style huile essentiel ou autre ?
Revenir en haut Aller en bas

Françoise17
Da Boss
Da Boss
Messages : 1538
Date d'inscription : 05/12/2010
MessageSujet: Re: La tique    Lun 9 Jan 2012 - 23:35

Bein le seul moyen naturel que je connais est fouiller son chien tous les jours et assurer que chaque tique est enlevé avant 48H........................

Désolée, ici produit en pipette......... Pour l'instant je n'ai pas trouvé d'autre solution, si quelqu'un en a une, j'en suis preneuse sun
Revenir en haut Aller en bas

ely
Loulou Maniac
Loulou Maniac
Messages : 3856
Date d'inscription : 02/12/2011
MessageSujet: Re: La tique    Dim 31 Mar 2013 - 22:33

Qui a déjà utilisé le collier antiparasitaire preventic ? ici les pipettes advantix ne servent pas à grand chose...Je n'aime pas trop les colliers mais nous avons une invasion de ces sales bestioles alors je viens de mettre ce collier à Elfy et je trouve qu'il sent horriblement la menthe !...
Revenir en haut Aller en bas

Angel
Loulou Maniac
Loulou Maniac
Messages : 9654
Date d'inscription : 12/06/2009
Humeur : Try to Kill my TV
MessageSujet: Re: La tique    Dim 31 Mar 2013 - 23:15

oui le préventix pue grave les premiers jours !

ici : scalibor...


mais les spray avec des HE, sentent aussi fort.
le but est répulsif je pense
après...il y a la molécule qui tue..
Revenir en haut Aller en bas

outside
Loulou Maniac
Loulou Maniac
Messages : 2674
Date d'inscription : 10/12/2010
MessageSujet: Re: La tique    Dim 31 Mar 2013 - 23:56

L'imidocarbe en prévention ???? Je n'avais pas fait gaffe à la première lecture ???
Revenir en haut Aller en bas

Moka
Loulou Addict
Loulou Addict
Messages : 1378
Date d'inscription : 19/04/2012
Humeur : Zen
MessageSujet: Re: La tique    Lun 1 Avr 2013 - 19:39

Mmh c'est vrai que ça donne faim ça. mdr
Revenir en haut Aller en bas

Angel
Loulou Maniac
Loulou Maniac
Messages : 9654
Date d'inscription : 12/06/2009
Humeur : Try to Kill my TV
MessageSujet: Re: La tique    Lun 1 Avr 2013 - 22:14

c'est le traitement choc outside
et en prévention, seulement pour un chien à passif de parvo....
Wink




GRRRR
sales bêtes !
j'en ai retrouvé aussi tout à l'heure ! des petites en plus !!!
Revenir en haut Aller en bas

ely
Loulou Maniac
Loulou Maniac
Messages : 3856
Date d'inscription : 02/12/2011
MessageSujet: Re: La tique    Lun 1 Avr 2013 - 22:49

c'est fou ! Hendy en attrape même dans le chenil ! nous venons de lui en enlever 5 ...
Revenir en haut Aller en bas

Moka
Loulou Addict
Loulou Addict
Messages : 1378
Date d'inscription : 19/04/2012
Humeur : Zen
MessageSujet: Re: La tique    Mar 2 Avr 2013 - 17:24

Moka en attrape très peu, et jamais eu de puces, et pourtant, on ne lui met rien ! ^^
Revenir en haut Aller en bas

Angel
Loulou Maniac
Loulou Maniac
Messages : 9654
Date d'inscription : 12/06/2009
Humeur : Try to Kill my TV
MessageSujet: Re: La tique    Mar 2 Avr 2013 - 21:47

loool Moka !
ne le dis pas trop fort ! elles vont toutes débarquer ! ^^
Suspect tu devrais faire attention quand même....


c'est des plaies ces parasites ! grrr
Revenir en haut Aller en bas

Moka
Loulou Addict
Loulou Addict
Messages : 1378
Date d'inscription : 19/04/2012
Humeur : Zen
MessageSujet: Re: La tique    Mer 3 Avr 2013 - 19:37

Chuuuutt ! ^^


Oui mais on vérifie et puis on la caresse dans tous les sens alors. Laughing
Revenir en haut Aller en bas

Angel
Loulou Maniac
Loulou Maniac
Messages : 9654
Date d'inscription : 12/06/2009
Humeur : Try to Kill my TV
MessageSujet: Re: La tique    Mer 3 Avr 2013 - 22:50

oui ok Moka
mais il suffit qu'une petite vous échappe, et c'est le risque qui augmente d'un coup...

après vous pouvez très bien être dans un coin où il n'y a pas de tiques.
demandes - comme ça, style de rien ^^ - à ta véto, si elle traite beaucoup de cas de pyro Wink
Revenir en haut Aller en bas

Françoise17
Da Boss
Da Boss
Messages : 1538
Date d'inscription : 05/12/2010
MessageSujet: Re: La tique    Mer 3 Avr 2013 - 23:15

Bein ici en ce moment, par promenade au moins une tique par chien. Donc on fait 4 promenades par jour, ce qui fait 8 tiques.....................

Bref
Revenir en haut Aller en bas

Angel
Loulou Maniac
Loulou Maniac
Messages : 9654
Date d'inscription : 12/06/2009
Humeur : Try to Kill my TV
MessageSujet: Re: La tique    Mer 3 Avr 2013 - 23:21

faut faire des brochettes ! gaaa
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La tique    Aujourd'hui à 3:46

Revenir en haut Aller en bas
 

La tique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+


Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tous Les Loulous :: Discussions canines :: Votre chien a un problème de santé ?-
Sauter vers: