Tous Les Loulous
Smile
Bienvenue sur le forum Tous Les Loulous


Merci de vous connecter, ou de vous inscrire pour profiter au maximum du forum.

Merci pour votre participation !

Le forum de notre passion: le chien


Partagez | 
 

 Le chiot et le jeune chien - Bien grandir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Angel
Loulou Maniac
Loulou Maniac
Messages : 9654
Date d'inscription : 12/06/2009
Humeur : Try to Kill my TV
MessageSujet: Le chiot et le jeune chien - Bien grandir   Jeu 23 Déc 2010 - 19:50

Je vous propose une petite traduction d'un autre article écrit par Turid Rugaas, tiré de son site http://www.turidrugaas.com


-----

LE CHIOT ET LE JEUNE CHIEN – BIEN GRANDIR

Les chiens qui élèvent des chiots, éduquent leur progéniture en parfaits chiens.
Les loups qui élèvent des louveteaux, les éduquent en parfaits loups, dotés d’un excellent instinct de survie.
Alors pourquoi y a-t-il des problèmes lorsque l’Homme éduquent des chiots à devenir des chiens adultes?

Tout d’abord parce qu’il nous paraît inadmissible de dispenser l’éducation naturelle dont les chiots auraient bénéficié s’ils avaient été pris en charge par d’autres chiens.
Ensuite, nous espérons toujours qu’ils vont respecter nos règles de vie humaine, alors qu’elles n’ont souvent aucun sens pour un chien.
Enfin, nous avons du mal à prendre en considération l’âge du chien, les différents stades de son développement et sa capacité d’apprentissage. Au final, le chien ne répond pas à nos exigences, bien trop élevées pour lui.

Les chiots qui grandissent entourés de leur espèce, vont progressivement apprendre à acquérir la maîtrise de soi dont ils auront besoin à l’âge adulte. Et ils apprennent si bien ! Comme les adultes, ils vont acquérir tous les réflexes nécessaires à leur survie.

Il nous appartient d’apprendre à éduquer les chiots de la même façon qu’ils le seraient, s’ils avaient été élevés par d’autres chiens, depuis leur naissance jusqu’à l’âge adulte.

• Le droit des chiots
L’erreur la plus grave et la plus répandue chez les propriétaires de chiots, c’est de leur fixer des objectifs et des exigences tellement élevées que le chiot ne sera pas en mesure de les satisfaire.
Dans un environnement naturel, et là où ils grandissent au sein d’un groupe de chiens, l’apprentissage est très progressif.
Il y règne un certain « laisser-faire les chiots » jusqu’à ce que le petit atteigne 16 – 20 semaines.
Il arrive aux chiots de jouer de leur « permis de bébé » et de dire « Na-na-na, vous ne pouvez rien faire, j’ai un droit de bébé ! » Nous voyons souvent la façon dont les chiots tirent parti des ce droit. Ils tyrannisent les adultes autour d’eux, avec un regard qu’on peut presque qualifier de malicieux. Durant toute cette période, les chiens adultes prennent soin des chiots et font preuve d’une patience incroyable vis-à-vis d’eux.

A 16 / 20 semaines, le droit des bébés touche à sa fin. Les chiots ont maintenant besoin d’apprendre progressivement à se contrôler mieux et à se comporter avec plus de déférence. Ils seront encore pardonnés pour leurs nombreuses bêtises, après tout, ils ne sont pas encore adultes. L’âge adulte viendra naturellement avec le temps et l’expérience.
Il peut sembler déroutant qu’un chiot passe d’un stade à l’autre en l’espace de quelques jours, mais nous devons garder à l’esprit que les chiens passent de l’enfance à l’âge adulte en moins de deux ans. En comparaison, les humains mettent 20 ans à parcourir le même chemin, certains ont d’ailleurs besoin de
beaucoup plus de temps que cela.

• Le jeune chien
Une fois passée la tendre enfance, vers 4 mois à 4,5 mois, l’adolescence commence. Elle comporte plusieurs stades et dure environ jusqu’à l’âge de deux ans. Il faut parfois plus de temps, parfois moins. Les jeunes chiens ressemblent aux jeunes humains :
- Ils aiment l’action et la vitesse.
- Ils s’ennuient facilement quand rien ne se passe.
- Ils ne se maîtrisent pas toujours.
- Ils n’arrivent pas à se dominer lorsqu’il se passe quelque chose d’excitant. Comme les enfants à la vue d’un camion de pompier ou des chiens qui sentent une odeur de lapin.
- Ils n’arrivent pas à se concentrer sur une longue période. A l’instar des enfants qui « oublient » de rentrer tout droit à la maison après l’école, le chien oublie ce que vous lui avez demandé de faire dix secondes plus tôt. Il préfère se retrouver en compagnie de chiens du même âge ou ayant des activités similaires.
- Ils vont privilégier le jeu.
- Ils trouvent ennuyeux le bourrage de crâne et ont besoin d’apprentissages ludiques. Les jeunes chiens ont besoin d’entraînement, mais par de courtes séances récréatives, afin de rester concentrés et d’éviter la lassitude. Leur besoin d’activité est satisfait par des entraînements courts et faciles, un simple parcours d’agility, un entraînement au rappel, une promenade en forêt, la
compagnie d’autres chiens à gambader librement et ainsi de suite.
- Ils ont besoin d’apprendre progressivement à obéir, mais seulement à petites doses. C ‘est pourquoi il convient d’agir par étapes, comme le chien l’attend, pour augmenter peu à peu la durée des exercices comme le « Assis – Reste » qu’on exécute d’abord 2 secondes, puis 5, puis 10 secondes etc.
- Soyez attentif à ce que le chien ne se déconcentre pas – accordez-lui une pause afin qu’il retrouve toute son attention pour poursuivre l’entraînement.
- Laissez les chiens adolescents rencontrer d’autres chiens – C’est important !
- Evitez les séances d’éducation trop longues, de répéter le même exercice encore et encore, les sanctions, de sorte que le chien ne se dégoûte pas et ne se lasse pas de l’exercice.
- La socialisation – la formation collective avec d’autres personnes et des animaux est importante. Apprenez à votre chien, à faire face à toutes sortes de situations, dans tous les types d’environnement.
- Pratiquez des activités amusantes pour lui, comme des petits tours, le rapport d’objet, la recherche, le pistage etc.

Nous devons garder à l’esprit que les chiens sont des êtres sociaux qui ont besoin de communiquer, d’être respectueux et obéissants. Sinon, toute vie sociale deviendra totalement insupportable.
Et ils apprennent petit à petit, tout comme les êtres humains au cours de leur enfance et de l’adolescence.
Qui a déjà vu un enfant de 4 ou 6 ans capable de se maîtriser lui-même? Quand un enfant de 4 ans, s’énerve, il est vain d’essayer de raisonner avec lui. Il en va de même pour les enfants de six ans. Tenter de leur enseigner quelque chose lorsqu’ils sont surexcités est désespéré. Il faut vraiment les calmer avant
d’entreprendre quoi que ce soit.

Quand des propriétaires vont en cours d’éducation avec un jeune chien - un « six ans », celui-ci va s’exciter facilement, en raison du nouveau cadre, des nouveaux chiens, de la situation nouvelle et ainsi de suite. En même temps, l’école requiert que le chien et le maître suivent un rigoureux programme d’exercices et en plus, le cours dure trop longtemps pour un jeune chien.
Pas étonnant que les « six ans » soient agités et même hystériques. Beaucoup, beaucoup de propriétaires abandonnent ces cours parce que leurs chiens s’y montrent impulsifs, énervés et presque hystériques. Ils ne sont pas « fous » comme les maîtres peuvent le dire, mais ils subissent un stress maximum alors que leur niveau de maîtrise de soi est au minimum. Naturellement ! Car ils n’ont pas appris à gérer ce type de situation. C’est voué à l’échec.

Dans ce cas, le recours à la violence ou la force pour obtenir l’attention du chien est sans efficacité. Au contraire, cela a toutes les chances d’aggraver les choses. Nous ne devons pas demander l’impossible à notre chien. Si le chien n’est pas en mesure de faire face à la situation, alors c’est tout simplement qu’il
n’est pas capable d’y faire face. Nous pouvons éviter la surexcitation à notre chien en apprenant à l’observer et à déceler son état émotionnel, voir que sa température corporelle est en hausse, afin d’arrêter les activités avant que le chien n’atteigne un niveau de stress où il devient incapable de communiquer et d’apprendre.

• L’intervention rapide
Intervention rapide est le mot-clé. L’intervention peut être :

- arrêter l’entraînement
- agir de façon moins menaçante
- laisser le chien changer de position, par exemple se mettre couché ou debout lors des périodes inactives durant la séance.
- relâcher la laisse; elle doit être très lâche sinon le chien va sentir la tension de la laisse.
N’oubliez pas qu’une laisse tendue est la façon la plus sûre d’élever le niveau d’agression.
- ne pas lutter contre le chien. Restez calme et contrôlez-vous. Comment le chien pourrait-il se contrôler si vous ne lui donnez pas l’exemple?

• Quand le chien « claque la porte »
Le jeune chien est dans une phase de transition et il doit tester et explorer beaucoup de choses. Laissez le faire. Permettez lui d’apprendre le goût de la vie et de vérifier les choses par lui-même. Il est totalement inoffensif. Nous avons besoin de limites, mais assurez-vous qu’elles soient définies de manière à ce que le chien ne soit pas prisonnier et conserve une liberté d’action ainsi qu’une certaine autonomie.
S’il devient difficile, soi-disant têtu ou irrité, ce n’est pas parce qu’il a prévu de prendre le dessus ou de dominer, mais plutôt parce qu’il veut explorer et découvrir comment les choses fonctionnent. Un jeune chien n’est jamais un leader, il n’y pense même pas.
Mais il a besoin de vérifier comment fonctionnent les choses, il s’en souviendra plus tard.
Ne pas réagir ! Tourner le dos au chien et l’ignorer lui suffit et en dit plus long que mille mots.
Tourner le dos et ignorer l’adolescent, c’est exactement le comportement qu’aurait un chien adulte.

Sous aucun prétexte vous ne devez avoir recours à des sanctions physiques avec votre chien, comme le secouer par la peau du cou, l’attraper par les joues en le fixant du regard, ou toute autre punition cruelle ou effrayante pour lui. Notez bien comment les chiens adultes agissent en confiance et faites de même. Les adultes laissent le chien adolescent comprendre leur sentiment, sans manifestation apparente de brutalité, ils leur tournent le dos et s’en vont. Ils peuvent « crier », mais sans plus.

Votre chien grogne ? Merveilleux ! Cela signifie qu’il reste passif mais n’a pas peur et qu’il conserve certains signes naturels de communication.
Qu’il grogne n’est pas dangereux, c’est simplement un moyen pour lui de transmettre aux autres son malaise.

Quand il grogne :

1. Avez-vous fait quelque chose de provocant pour votre chien ? Dans ce cas, arrêtez de le provoquer.
Les provocations peuvent être, pour n’en citer que quelques unes, les saccades sur la laisse, crier et gronder, attraper le chien par la peau du cou, pousser le chien, le pincer, prendre sa nourriture, le perturber dans son sommeil ou au repos, lui donner des ordres avec une voix en colère, être trop exigeant, tenir le
chien serré fort, tirer sur sa laisse, se moquer de lui, se pencher au-dessus de lui, marcher droit vers un chien en laisse.

2. Est-ce que le chien a été effrayé par quelque chose ? Alors évitez une nouvelle frayeur, sinon sa réaction de défense augmentera de plus en plus.

3. Veut-il tester votre réaction ? Tournez lui le dos ! Il abandonnera immédiatement. Dans une situation comme celle-ci, l’un de vous au moins doit rester calme. En outre, il est fréquent que les conflits entre chien et maître résulte d’une tentative de dominer le chien, pas l’inverse.
Lors de situations conflictuelles, l’utilisation du « Assis » est correcte. C’est une position neutre, qui appelle la coopération plutôt que la soumission. S’asseoir est une position naturelle, plus que tout autre, même pour un chien agité.

Le jeune chien doit passer par un processus d’apprentissage pour acquérir la maîtrise de soi. Nous pouvons l’aider en faisant nous-même quelques efforts :

1. Le chien ne sait pas qu’il a plusieurs options. Nous devons lui apprendre qu’il peut choisir entre s’asseoir tranquillement et sauter, courir et tirer sur la laisse. En fonction de la situation, le niveau d’adrénaline s’élève dans l’organisme et rend le chien mal à l’aise, car il ne sait pas comment il doit agir. Nous pouvons lui montrer et l’aider à maîtriser la situation.

2. Déplacez-vous lentement. Usez de calme et de mouvements lents du corps. Parlez calmement et tranquillement. Votre langage corporel et votre comportement convaincront le chien.

3. N’ayez pas recours simultanément à la contrainte physique et à la maîtrise de soi. L’auto-contrôle est un acte volontaire alors que la force ne l’est pas. Evitez de pousser, forcer en tirant et poussant le chien.
Gardez la laisse molle. La punition physique ne ferait qu’augmenter le niveau du stress.

4. Gardez votre sang-froid dans toutes les situations. Dans un premier temps, exercez-vous dans des endroits exempts de distractions, par courtes séances et laisse molle. Ne gardez pas votre chien assis trop longtemps au début. Les muscles se fatiguent et s’endolorissent à rester assis trop longtemps.

Nous pouvons aider nos chiens par d’autres moyens, tels que les signaux d’apaisement et la récompense d’un bon comportement, pour n’en mentionner que quelques uns. Vous aurez un jour, un chien adulte sachant comment se comporter, se maîtrisant et volontaire pour coopérer. Ce jour viendra si vous
augmentez progressivement les exercices, en fonction de ce que votre chien est capable de faire.
Soyez attentif, votre chien a besoin de temps pour grandir, tout comme nous.
Revenir en haut Aller en bas
 

Le chiot et le jeune chien - Bien grandir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+


Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tous Les Loulous :: Discussions canines :: Comportement du chien : Parlez-vous chien ?-
Sauter vers: